style2

Cathédrale Saint-Lizier

Un bijou de l’art roman pyrénéen

La cathédrale de Saint-Lizier

Saint-Lizier est constitué d’une ville haute et d’une ville basse. Cette curieuse disposition a eu une conséquence tout aussi curieuse : celle de l’existence de deux concathédrales. Celle de la ville basse, qui fut déclassée en 1655 avec la réunification des deux chapitres, est la plus ancienne. La première église a été bâtie au VIe siècle sur un oratoire érigé à l’emplacement de l’endroit où fut retrouvé miraculeusement la tombe de saint Valier (ou saint Valère), le grand saint du Couserans.

Très simple la cathédrale érigée vers le XIe siècle, est formée d’une nef sans chapelles avec une partie inférieure romane et une partie supérieure gothique, d’un transept et d’une abside curieuse avec son soubassement pentagonal qui supporte un mur circulaire. Dans l’axe de l’abside s’élève une tour octogonale qui sera terminée au XIVe siècle sur le modèle des clochers de briques languedociens. On peut noter dans la maçonnerie, la présence de pierres rectangulaires en provenance des murailles gallo-romaines. Sur la place, s’ouvre le portail (XVe siècle) dont les colonnettes sont couronnées de chapiteaux ornés de feuillage.

L’église fut consacrée en 1117 sous l’épiscopat de l’évêque Jordan, par Saint Raymond de Durban, évêque de Bar­bastro, ancien prieur de Toulouse, né au château de Durban à quelques lieues de Saint-Lizier. Elle fut une étape mineure sur la route du pèlerinage de saint Jacques de Compostelle.

Clocher octogonal occitan

Cathédrale de Saint-Lizier

Chapiteau roman

Chapiteau du cloître roman de Saint-Lizier

Cloître roman de Saint-Lizier

Ce joli cloître du XIIe siècle présente la particularité d’être à deux étages ; l’étage supérieur étant du XVe siècle. Les arcades inférieures reposent sur des colonnes de marbre, alternativement simples et géminées.

Leurs chapiteaux, parfois très abimés, ont une décoration très variée : entrelacs géométriques rappelant des ouvrages de vannerie, décor végétal stylisé, personnages grimaçants et autres animaux fantastiques. Ils reproduisent des motifs caractéristiques des ateliers toulousains mais peuvent paraître modestes comparés aux cloîtres de Moissac ou de Saint-Bertrand de Comminges.

Petite curiosité notable : il s’agit du seul cloître encore debout en Ariège.

Cloître de la cathédrale

Cloître, Cathédrale de Saint-Lizier
© 2007 - 2021 Familles Loubet del Bayle
Société de Géographie Occitano-Morave | jcldb.com